Faire l'école à la maison - confinement - coronavirus
Blablas au rhum

Confinement : comment je suis devenue une (piètre) maîtresse

Petit bilan de ma première semaine d’école à la maison en ces temps de confinement.

Ce que je peux, d’ores et déjà, vous dire, c’est que, Maîtresse, c’est un métier, aucun doute là-dessus.

Il y a d’abord eu cet exercice de géométrie : il fallait reproduire un dessin sur un quadrillage. Un dessin qui comportait quatre cercles.

Déjà, gamine, je m’arrachais les cheveux lorsqu’il s’agissait de manier un compas. C’est vrai quoi, la seule chose que j’ai jamais su faire avec un compas, ce sont des escargots. Ma fille confirme d’ailleurs : la pointe se déplace toute seule.

Aussi, au bout de onze tentatives, j’en étais à envisager de me tailler les veines avec la pointe de l’instrument.

Réalisant que cela pouvait légèrement traumatiser mes enfants, j’ai décidé de feinter : on a vidé les placards, mais on a réussi à trouver quatre verres avec le diamètre presque parfait. C’était approximatif, c’était peut-être un peu de la triche, mais je me suis rassurée en me disant que savoir utiliser un compas, ça ne servait à rien dans la vie (à part, peut-être, pour crever les yeux des cons finis qui ne confinent pas).

Il y a eu cette autre fois aussi où j’ai dû expliquer à mon fils comment on additionne des dizaines.

Pour concrétiser la leçon, j’ai eu la riche idée d’additionner des Lego. Quand je lui ai demandé combien faisaient 30 Lego plus 40 Lego, un sourire s’est dessiné sur son visage et il s’est jeté sur les petites pièces de plastique. « Facile ! » m’a-t-il dit, « 30 Lego plus 40 Lego, ça fait une pyramide de Lego ! ».

Son visage était si plein de fierté alors qu’il brandissait sa création que je n’ai pas eu le cœur de lui dire qu’il n’avait pas tout à fait saisi le concept de l’exercice.

Je termine en vous parlant de cette leçon de français qui portait sur les antonymes et les synonymes. Pour que ce soit bien clair, j’ai expliqué à mes enfants qu’un antonyme est le contraire d’un mot.

– Par exemple, l’antonyme de gentil, c’est… ?

– Pas gentil ! s’est écrié mon fils.

– Tata Raymonde ! a surenchéri ma fille.

La quinte de rire qui a suivi m’a coupé la respiration aussi sûrement que l’aurait fait ce fichu virus.

J’ai finalement repris mes esprits et conclu que la leçon avait été bien comprise.

Tout doute à ce sujet s’est envolé lorsque j’ai demandé ensuite quel était le synonyme de « joli » et que mon fils a répondu « ma mamounette chérie d’amour».

Bref, c’est dur, mais qu’est-ce que je les aime !

Et vous alors, ça se passe comment ?

Emma (qui est aussi bonne maîtresse d’école que cuisinière)

Photo by Thomas Kolnowski on Unsplash

2 commentaires

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *