Porte de la chambre entrouverte - écouter aux portes de mes enfants - vie de maman
Blablas au thé

Les éclats

Parfois, je les écoute sans qu’ils le sachent.

Je me faufile, je me glisse, à pas de loup et en retenant ma respiration, jusqu’à la porte de leur chambre. Je colle mon oreille au panneau de bois. Et, là, j’écoute.

J’écoute les éclats.

Les éclats de rire, souvent. Des rires qui chahutent et qui taquinent, des rires qui pétillent, étincelants et colorés, des rires qui empêchent de respirer et font briller les yeux, des rires qui s’envolent pour venir gonfler mon cœur.

Les éclats de cris, parfois. Des cris qui disputent et chamaillent, des mains qui claquent, tapent, qui tirent des cheveux et des jouets qui volent. Des « T’es méchante ! », « Tu viens plus dans ma chambre !» ou « je joue plus jamais de la vie avec toi ! ».

Les éclats d’imagination, presque toujours. Les mots qui jaillissent et qui racontent, les histoires qui se font et se défont, les princesses qui échappent au pire et les Pokemons qui livrent bataille, les villes de bois et de plastique qui se construisent et s’effondrent à coup d’invasion de dinosaures. Tous ces bouts de fantaisie et d’aventure.

Je reste là, silencieuse, immobile, invisible, petite souris à l’affût. J’écoute, je savoure et je me remplis de tous ces éclats de vie.

Un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *