Un champ de jonquilles - Humour de maman - Humour de parents
Blablas au rhum

Cadavres exquis

Ce week-end, nous sommes allés cueillir des jonquilles avec toute ma petite famille, dans un coin de ma région très réputé pour ça.

Il y a des coins à champignons, il y a aussi des coins à jonquilles, vous ne saviez pas ?

Le temps était de la partie avec un soleil doux et réconfortant comme un bonbon au miel.

Quoi de mieux qu’une promenade en forêt, au calme, avec, pour seul fond sonore, le gazouillis des oiseaux et le chant rafraîchissant d’un ruisseau qui chemine tout au long de la balade ?

Lorsque nous avons atteint notre but, j’en suis restée muette d’extase : le champ de fleurs jaunes s’étendait devant nous miroitant sous les tâches de soleil qui dansaient ici et là tandis que les premiers papillons de la saison butinaient dans un ballet harmonieux.

Alors nous y sommes allés allègrement à gambader parmi les corolles dorées. À un moment, j’ai même fait ma Carrie Ingalls de La petite maison dans la prairie en me vautrant dans les herbes (avec grâce évidemment).

Tout se déroulait merveilleusement bien dans ce cadre bucolique et enchanteur jusqu’à ce que ma fille commence à poser de drôles de questions :

— Mais, Maman, est-ce qu’elles sont vivantes, les fleurs ?

— Oui, ma chérie, bien sûr.

— Mais alors, quand on les coupe, on les tue ?

Petit raclement de gorge gêné de ma part.

— Euh… oui… on peut dire ça… Mais elles vont continuer de vivre un peu dans notre vase, tu sais. On leur mettra beaucoup d’eau.

Hum. J’ai cru, un (bref) instant, que ça allait passer (comme une fleur).

— Mais alors, Maman, on fait des bouquets avec des choses mortes ?

Je vous jure que j’ai vraiment cherché une réponse intelligente. Finalement, la seule qui me soit venue à l’esprit, ce fut :

— Oh, regarde, un écureuil !

À son regard consterné, j’ai compris qu’elle n’était pas dupe.

Nous avons poursuivi notre cueillette durant quelques minutes, mais le cœur n’y était plus.

Nous sommes finalement rentrés à la maison. Avec un bouquet de cadavres donc.

 

 

 

7 commentaires

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *